Allergie au lactose : symptômes et traitements

Allergie au lactose

Il est important de faire la différence entre une intolérance au lactose et une véritable allergie aux protéines de lait.

L’allergie aux protéines de lait de vache touche essentiellement les nourrissons et s’atténue avec le temps. En revanche, l’intolérance au lactose touche essentiellement les adultes.

Quelles sont les différences entre une réaction allergique et une réaction d’intolérance?

L’allergie est une réaction immunitaire complexe caractérisée par un rejet de l’organisme face à un corps étranger, l’allergène.

En revanche, l’intolérance se caractérise par l’incapacité totale ou partielle de l’organisme à digérer une protéine particulière. Il ne s’agit en aucun cas d’une réaction liée au système immunitaire.

Quels sont les symptômes de l’intolérance au lactose?

L’intolérance au lactose se manifeste par des troubles digestifs uniquement (ballonnement, maux de ventre, gaz). Une diarrhée peut parfois s’ajouter. Si les signes ne sont pas détectés suffisamment tôt, une fatigue importante et un amaigrissement peuvent survenir.

A quoi est due l’intolérance au lactose?

L’intolérance au lactose se manifeste par une diminution totale ou partielle de digérer le lactose.
L’intestin grêle produit une enzyme, la lactase, chargée de digérer le lactose de l’alimentation. Chez les nourrissons, la lactase est très présente, mais après le sevrage, sa quantité peut diminuer. L’intolérance au lactose, liée à cette baisse de la quantité de lactase, touche près de 75% de la population mondiale, mais 10% des nord-européens.

Qui est touché par l’allergie aux protéines de lait de vache?

L’allergie aux protéines de lait de vache touche essentiellement les nourrissons, avant 6 mois et représente 8 à 12% des allergies alimentaires. Elle concerne entre 1 et 3% des nourrissons. La prévalence de cette allergie est plus importante en cas d’antécédents allergiques dans la famille (de 20 à 30% des nourrissons si un parent est allergique, et de 40 à 60% si les 2 parents sont allergiques).

Quels sont les signes cliniques de l’allergie aux protéines de lait?

L’allergie aux protéines de lait de vache peut prendre différentes formes. On peut observer des réactions immédiates, avec des manifestations cutanées, comme de l’urticaire, et des signes digestifs (douleurs abdominales, diarrhées, vomissements). Parfois un choc anaphylactique avec une détresse respiratoire et cardiaque peuvent apparaître. Parfois les symptômes peuvent être retardés. Il s’agit de signes digestifs, avec un reflux gastro-œsophagien, des coliques et des ballonnements. De l’eczéma résistant aux corticoïdes locaux peut également se manifester.

L’allergie aux protéines de lait de vache est rare chez les enfants nourris au sein, car toutes les protéines alimentaires, dont celle du lait de vache passent dans le lait maternel.

Les traitements de l’allergie aux protéines de lait de vache et de l’intolérance au lactose

L’intolérance au lactose ne nécessite pas de traitement particulier. Une restriction de la quantité de lactose permet d’atténuer ou de faire disparaître les symptômes.
Chez les personnes allergiques au lait de vache, il est important d’exclure tous les laitages de l’alimentation. Si les manifestations allergiques disparaissent après l’éviction des produits laitiers, le diagnostic d’allergie est confirmé.

Chez les bébés nourris au sein et allergiques au protéines de lait de vache, il est préférable que la maman élimine de son alimentation toute trace de lait.
Dans 80 à 90% des cas, l’allergie au lait disparaît avant l’âge de 3 ans.

Les allergies croisées avec le lait

En cas d’allergie au lait de vache, le lait des autres mammifères (brebis, jument, chèvre…), peut également être source d’allergie. La viande bovine peut également être à l’origine d’allergie croisée.